Faites écho à l’eau! Devenez plus écolos avec 10 habitudes simples à adopter

Posted on 10 min read

Un mode de vie zéro déchet, ça fait rêver, ça impressionne, ça suscite l’admiration et surtout… on a envie de l’adopter ! Mais quand vient la mise en pratique de nouvelles habitudes, on peut se sentir perdu et avoir l’impression de toujours faire faux, même en pensant bien faire. Si c’est le cas, n’oubliez pas que Rome ne s’est pas construite en un jour ! Changer une habitude à la fois, c’est déjà être dans la bonne voie. 

Pas besoin de chambouler toute votre maison, de vous débarrasser de votre jolie garde-robe pour racheter les mêmes vêtements dans un magasin de seconde-main, ou de faire une razzia de bocaux en verre chez Ikea… Avec ces dix conseils, vous implémenterez petit à petit (et à votre rythme) de nouvelles habitudes dans votre quotidien. Vous contribuerez ainsi, à votre échelle, à sauver la planète, à réduire vos dépenses et à réduire le contact avec des produits chimiques.

Trêve d’introduction et place à l’action !

1. Qu’une seule tasse, dans ma vie j’aurai.

Pas besoin de preuves scientifiques ou d’études longitudinales pour en venir à la conclusion que d’avoir une tasse à café réutilisable ou une gourde… ça réduit notre production de déchets. 

Lorsque vous allez au Starbucks ou que vous allez chercher votre café au Tekoe le plus proche, pensez à refuser cette tasse en papier recouverte d’un couvercle en plastique. Pourquoi le prendre, si vous avez la possibilité de brandir votre propre tasse ? Vous aurez non seulement l’air responsable, mais aussi infiniment plus cool… ça va de soi.
Il en va de même pour l’eau que vous buvez. Avec une gourde dans votre sac, plus besoin de « vite aller acheter une bouteille d’eau ». Vous aurez toujours la possibilité de re-remplir votre bouteille (de préférence en alu ou en verre), et ce, sans gaspiller une énième bouteille en pet.

2. Le film alimentaire, c’est ringard.

Fini le film alimentaire ! Lui qu’on met sur une assiette, servie le soir même, a une durée de vie si courte et finit immanquablement à la poubelle. Le pauvre !

La solution? Des chiffons en cire d’abeille! Si votre première réaction est « rien que le nom me parait compliqué », détrompez-vous! C’est terriblement facile à utiliser et à nettoyer.

Pour adopter cette nouvelle habitude, vous avez deux possibilités :

  1. Acheter des chiffons déjà faits, prêts à l’emploi et très faciles à trouver ici !
  2. Pour les plus bricoleurs, voici une recette pour faire ses propres chiffons en cire d’abeille. On la doit à Marie, rédactrice du blog « Les Trappeuses ». Il ne vous faudra que des tissus propres en coton et des pépites de cire d’abeille. Cette dernière se trouve facilement en droguerie, pharmacie, magasins bio ou en ligne.

3. Je me mouche et me remouche… dans le même mouchoir !

Nos grands-parents l’avaient bien compris : un bout de tissu dans la poche, c’est amplement suffisant pour lutter contre le rhume des foins ou contre un rhume l’hiver. Nul besoin d’avoir des paquets de mouchoirs dans le sac, nul besoin de dépenser de l’argent pour en racheter, nul besoin de créer des déchets pour un petit nez qui coule. 

Un carré de tissu, et le tour est joué ! Même si cette habitude semble avoir disparu, vous pouvez en trouver très facilement soit en :

  1. Les achetant auprès producteurs et artisans qui travaillent de manière éthique.
  2. Les créant vous-même pour les as de la machine à coudre. Voici une petite marche à suivre pour ceux qui veulent se lancer dans la couture proposée par Mélie sur le blog Mélie Co(o)p.
  3. Faisant les yeux de biche à vos grands-parents pour qu’ils vous en donnent quelques-uns.

4. Règles, vous allez suivre les miennes à partir de maintenant !

Vous êtes-vous déjà posé la question de ce que contenait un tampon ou une serviette hygiénique ? Il s’avère que cette information est pratiquement impossible à trouver, sous couvert du « secret industriel ». (Gubri, 2017). En 2016, le magazine “60 millions de consommateurs” a révélé la présence de résidus de produits toxiques (tels que les dioxines) et de pesticides (comme le glyphosate) dans de nombreux tampons et serviettes. (Gubri, 2017).

Comment faire pour se protéger de ses substances, et comment se protéger pendant les règles, tout en utilisant des produits naturels ou des produits dont la liste des composants est expliquée en toute transparence ?

Il existe trois solutions qui sont non seulement saines, mais aussi économes et zéro déchet :

  1. Les serviettes hygiéniques lavables se trouvent facilement dans les boutiques en vrac, en pharmacie ou magasin bio. En adoptant ce petit bout de tissu, vous pourrez éviter les déchets des 300 protections hygiéniques qu’une femme jette en moyenne par année. 
  2. Les culottes menstruelles sont non seulement pratiques et écologiques, mais bien souvent élégantes et discrètes. Fini l’inconfort d’une serviette hygiénique, fini le petit film de plastique désagréable, finies les poubelles pleines!
  3. Et bien entendu, il reste la solution de… (roulement de tambour) la CUP !
    « Fantastique, géniale, formidable, merveilleuse, réconfortante, apaisante…pour moi, la cup, c’est tout ça à la fois! » avoue Fanny Desfray, rédactrice pour le blog En Vert Et Contre Tout, dans son article « Cup ou pas cup ? ». La Fédération Romande des Consommateurs écrit au sujet de la cup dans l’article « La coupe menstruelle, écologique »: « Qu’on les teste assise, couchée, en courant, et même en faisant le cochon pendu, aucune fuite n’est à relever et, grâce à leur effet ventouse, elles ne se sont pas fait la malle. Le plus étonnant est qu’elles savent se faire oublier : on ne les sent pas, ou à peine. » Plutôt convaincant, non ?

Grâce à cette nouvelle façon de vivre vos menstruations, vous évitez le contact avec des substances toxiques et prévenez également le risque de choc toxique.

5. Je me démaquille tous les jours avec le même coton

Un geste simple : remplacer les rondelles de coton jetables par des cotons lavables ! Tu les utilises, tu les passes en machine, et hop ! Tout est propre et prêt pour un second emploi… puis un troisième, puis un quatrième etc. 

Ces « pads en coton » se trouvent facilement dans des boutiques bio ou de cosmétiques, mais peuvent aussi être confectionnés à la main pour ceux qui aime bricoler et savent s’y prendre avec du fil et une aiguille. Vous pouvez même regarder une vidéo expliquant chaque des étapes de la création de cotons lavables « faits maison ». 

6. Optez pour un shampoing solide

Fait maison, acheté dans un magasin en vrac ou dans une boutique spécialisée, le shampoing solide est idéal pour éviter l’utilisation abusive de contenants en plastique. Un shampoing par ci, un démêlant par là… ça fait vite beaucoup de bouteilles vers la baignoire. 

Découvrez la recette de Melleapothicaire qui nous apprend à faire un shampoing solide maison et facilement. Choisissez vos plantes, vos huiles et faites le shampoing qu’il vous faut ! 

7. Revenir à l’essentiel avec les huiles… essentielles !

Il est tout à fait possible de remplacer certains composés chimiques par des huiles essentielles. En effet, ces dernières peuvent aussi bien être utilisées pour confectionner des produits ménagers faits maison, tout comme elles peuvent être utilisées pour remplacer certains médicaments dans votre pharmacie. 

Si vous désirez faire vos produits de nettoyage vous-même et utiliser des huiles essentielles, vous pouvez regarder les recettes proposées sur le blog Lausanne en Vrac. De cette façon, vous protégerez l’environnement, votre peau et vos finances. 

Il est également possible de changer ses réflexes en cas de pépin de santé du quotidien. Un mal de tête qui persiste, une journée stressante qui noue l’estomac, une piqûre d’insecte qui démange etc… La bonne huile essentielle appliquée de la bonne façon remplace parfaitement un Dafalgan ou une crème spéciale, mais prenez garde, les huiles essentielles sont très puissantes et doivent être utilisées avec précaution. Si c’est une démarche que vous souhaitez approfondir, « Ma Bible des Huiles Essentielles » de Danièle Festy est définitivement un livre à recommander. Dans ce dernier, vous trouverez un grand nombre de remèdes soignés de manière 100% naturelle. 

Voici une petite recette pour combattre le stress au quotidien : (Festy, 2008)

L’huile essentielle « réflexe » : Le petit grain bigarade

Posez 1 goutte sur la face interne du poignet, 2 à 3 fois par jour. Respirez profondément en rapprochant vos mains de votre visage.

8. Jamais sans mon kit de super ninja zéro déchets !

Que vous soyez au bureau ou en vadrouille, vous pouvez garder vos bonnes habitudes même en dehors de la maison. Mais comment ? En créant un petit kit de super ninja du zéro déchet que vous aurez sur vous, bien sûr !

« Manger en extérieur, c’est souvent notre plus grande source de déchets. On s’en fiche, on ne le ramène pas à la maison, ça compte pas ! Si seulement… » écrit Camille dans son article « Le kit du citadin Zero Waste ». Elle nous explique comment faire son kit minimaliste zéro déchet. Plus qu’à le prendre partout !

Voici le fameux contenu du kit :

  1. Une serviette en tissu : pour s’essuyer, pour protéger vos vêtements, pour emballer des aliments secs.
  2. Un sac à vrac ou une pochette à snack : idéal pour emballer votre sandwich
  3. Une boîte en plastique, une bento box ou une boîte en alu. Il en existe même en silicone pliables pour minimiser la place que ça prend. 
  4. Des couverts… pas en plastique !
  5. Un sac en tissu : idéal quand vous faites des courses improvisées. De cette façon, plus besoin de prendre des sacs en plastique à la caisse.
  6. Une gourde.

Oui, mais comment prendre l’habitude ?

« (…) Votre kit doit devenir un indispensable, comme vos clés et votre porte-monnaie. Quand je pars le matin, je vérifie 3 choses : mon téléphone, mon porte-monnaie et mon kit ZD (zéro-déchet) ! » avoue Camille dans son article. 

9. Des applis trop stylées pour m’aider !

Un grand nombre d’applications mobiles ont été créées pour faciliter la transition vers un mode de vie zéro déchet ou plus naturel. En voici une sélection :

  1. Too good to go (android, iOS): Tout le principe de Too Good To Go repose sur le panier surprise, composé des invendus du jour des commerçants. Les invendus ne sont ni plus ni moins que les produits frais que les commerçants ne peuvent plus vendre le lendemain : les viennoiseries, les plats du jour… Tu ne sais donc pas exactement ce que tu vas manger mais tu sauves (un peu) le monde et ton appétit en 3 clics. C’est excitant, non ?
  2. Zero Waste Objective (android, iOS): Cette application fonctionne comme un coach personnel qui te guide dans certains défis. Tu auras des missions à accomplir et tu verras ta progression vers une vie sans déchets.
  3. 90 jours (android, iOS) : Ceci est un assistant personnel pour changer le monde. Une application mobile qui, à la manière d’un coach pour arrêter de fumer ou pour se mettre au sport, vous accompagne au quotidien pour changer facilement et durablement vos habitudes afin de contribuer à un changement vers une société plus écologique, plus égalitaire et plus vertueuse.
  4. Go green challenge (android, iOS): Cette application ludique vous donne des tâches hebdomadaires et quotidiennes pour améliorer vos connaissances et habitudes concernant la protection de l’environnement. Vous y trouverez pleins de conseils et informations sur le thème de l’écologie et de l’environnement en général. (Maiwenn)
  5. Code check (android, iOS): est une application qui vous permet de scanner les codes barres sur vos cosmétiques et produits alimentaires afin d’en connaître les composants en toute transparence. Non seulement vous connaîtrez la composition de vos produits, mais vous aurez également une explication en détaillant l’impact sur votre santé. 

Et bien sûr, n’hésitez pas à remplacer votre moteur de recherches par Ecosia. Ecosia s’engage à replanter des arbres à travers le monde avec l’argent généré par vos cherches tout en vous donnant des résultats aussi précis que les autres moteurs de recherches. Un Google écologique? Oui ! Tu ne changeras pas tes habitudes, et pourtant, tu planteras des arbres !

10. Je vote matin, midi et soir

Votre façon de vous alimenter peut énormément influencer votre production de déchets, votre impact environnemental, vos dépenses ou votre relation avec les petits producteurs autour de vous. 

Pourquoi ne pas se passer des supermarchés pendant quelques jours ? Pourquoi ne pas aller dans une boutique en vrac plus régulièrement ? Pourquoi ne pas manger des fruits et des légumes de saison ? Des fruits et des légumes locaux qui n’ont pas franchi les frontières ? Pourquoi ne pas rencontrer les producteurs qui sont à l’origine de notre assiette ? Pourquoi ne pas devenir végétarien ou végan ?

Oui, l’alimentation suscite beaucoup de questions et chacun fait comme il peut et comme bon lui semble. Mais la première étape ne serait-elle pas déjà de prendre conscience de notre fonctionnement aujourd’hui ? Et de prendre conscience que l’on peut changer ?

What do you think?

Your email address will not be published. Required fields are marked *

5 × one =

2 Comments