All Posts By Laurie Dicosola

Quinze idées de grignotages sains

Posted on 5 min read

Bien qu’il existe une multitude d’en-cas sains en magasin, rien ne vaut un en-cas fait maison rapide et frais. Le fait d’avoir un en-cas prêt sous la main peut vraiment vous faciliter la vie. Vos apports nutritionnels peuvent être ainsi améliorés et votre tour de taille diminué lorsque vous optez pour des en-cas hypocaloriques.

Voici mes quinze en-cas préférés vraiment faciles à réaliser et optimaux lorsque vous suivez un rééquilibrage alimentaire.

Tartine express

Ce dont vous aurez besoin : beurre de cacahuète, banane, miel, pain, graines de chia.

Enduisez une tranche de pain grillé de beurre de cacahuète et de tranches de banane. Recouvrez d’un filet de miel et saupoudrez de graines de chia pour un supplément de fibres.

Pain à l’avocat

Ce dont vous aurez besoin : pain multigrains, avocat, sel, poivre.

Tartinez un pain multigrains avec un avocat. Option : ajoutez une fine tranche de tomate. Saupoudrez de sel et de poivre.

Houmous carotte concombre

Ce dont vous aurez besoin : des poivrons, du céleri, des carottes, de l’houmous.

L’utilisation d’un petit pot de houmous est idéale pour contrôler les portions et créer des collations saines ! Il suffit de diviser vos portions d’houmous et de tremper les légumes riches en fibres dans la purée riche en protéines.

Boules énergétiques à l’avoine et aux dattes pour une collation saine

Ce dont vous aurez besoin : avoine, noix, dattes, graines

Ce n’est pas pour rien qu’on les appelle des bouchées énergétiques. Composées de graisses saines comme les noix et d’un apport en glucides provenant des dattes et de l’avoine, vous n’aurez besoin que d’une ou deux de ces bouchées pour vous sentir rassasié. Passez l’avoine, les dattes, les noix et les graines au mixeur jusqu’à obtention d’une pâte. Assaisonnez avec un peu de sel si vous le souhaitez et formez des boules. Conservez-les au réfrigérateur jusqu’à une semaine.

Snack de noix grillées

Ce dont vous aurez besoin : noix de pécan, amandes, noix de cajou, chili en poudre, poivre noir.

Mélangez une combinaison de noix – noix de pécan, amandes, cacahuètes, noix de cajou – avec du chili en poudre et du poivre noir. Faites-les rôtir dans un four à 200° C pendant 10 minutes, jusqu’à ce qu’elles soient chaudes et grillées.

Collation aux poivrons farcis

Ce dont vous aurez besoin : poivrons cerises, fromage de chèvre

Farcissez des poivrons cerises avec du fromage de chèvre à pâte molle ou des mini-boules de mozzarella fraîche.

Des crackers au fromage

Ce dont vous aurez besoin : du fromage et des crackers sains

Si vous cherchez à perdre du poids, associez ces fromages à faible teneur en matières grasses à des crackers riches en fibres et vous vous sentirez rassasié pendant des heures.

Tranches de pomme au fromage blanc

Ce dont vous aurez besoin : fromage blanc, pomme verte, miel, noix.

Le fromage blanc est un excellent aliment riche en protéines. Pour le manger du côté sucré, coupez une pomme en tranches pour la servir sur le dessus. Arrosez-le de miel et saupoudrez-le de noix ou de graines de chia pour un supplément de fibres.

Pommes et beurre de cacahuète

Ce dont vous aurez besoin : 2 cuillères à soupe de beurre de cacahuète, tranches de pommes.

Ce combo de protéines et de fibres vous aidera à rester rassasié jusqu’à votre prochain repas. N’hésitez pas à ajouter un peu de cannelle pour agrémenter le tout.

Toast au yogourt et aux baies

Ce dont vous aurez besoin : toast, yogourt grec, baies, graines de chia.

Une tranche de pain grillé riche en fibres, avec du yogourt grec riche en protéines, rend cette collation de la journée tellement meilleure. J’aime ajouter des baies riches en antioxydants.

Le saviez-vous ? Une portion de framboises contient 8 grammes de fibres. Combiné à des myrtilles riches en antioxydants et à des graines de chia qui stabilisent le taux de sucre dans le sang, ce combo est sûr d’apaiser les petits creux de l’après-midi.

Légumes grillés avec tzatziki

Ce dont vous aurez besoin : poivrons, aubergines, champignons, asperges, courgettes, concombres en dés, yogourt grec, jus de citron, ail, huile d’olive, persil, sel, poivre.

Placez vos légumes préférés sur la plaque huilée de votre four à 200° C jusqu’à ce qu’ils soient bien grillés. Pressez autant de liquide que possible des concombres en dés, coupez-les aussi petits que possible. Ajoutez au mélange de yogourt grec, d’ail, de jus de citron, d’huile d’olive, de persil, de sel et de poivre pour obtenir une délicieuse sauce.

L’utilisation du yogourt grec vous apporte un supplément de probiotiques, des protéines et une excellente source de vitamine D.

Salsa au maïs et aux haricots

Ce qu’il vous faut : maïs cuit, haricots noirs, tomate, poivron, oignon, vinaigre de cidre de pomme, jus de citron vert, sel et poivre. Les chips de tortilla sont facultatives.

Un mélange parfait de maïs, de haricots noirs, de tomates, de poivrons et d’oignons rouges hachés, assaisonné d’un soupçon de vinaigre de cidre de pomme et de jus de lime. Sel et poivre au goût.

Riche en fibres, riche en protéines et fait avec des ingrédients frais – que demander de plus ?

Snack d’edamame assaisonné

Ce qu’il vous faut : edamame, huile de sésame, flocons de piment rouge, sel

Faites bouillir quelques poignées d’edamame surgelés jusqu’à ce qu’ils soient tendres. Égouttez-les et mélangez-les avec une légère couche d’huile de sésame, de flocons de piment rouge et de sel

Collation à la mangue

Ce qu’il vous faut : mangue, jus de citron vert, poudre de piment.

Pelez une mangue et coupez-la en morceaux. Garnissez-la de jus de citron vert frais et de poudre de chili.

Salade de taboulé

Ce dont vous aurez besoin : quinoa, tomates cerises, oignon vert, concombre, huile d’olive extra vierge, jus de citron frais, sel, poivre, menthe.

Traditionnellement, cette salade est faite avec du boulgour, mais je vous suggère d’utiliser du quinoa – une céréale riche en protéines et en fibres, qui vous apportera une tonne d’avantages supplémentaires par rapport au choix traditionnel. Mélangez le tout avec des tomates cerises en dés, de l’oignon vert, du concombre haché, du sel et du poivre. Mélangez le tout dans un mélange d’huile d’olive extra vierge et de jus de citron. Certaines fois, j’ajoute même de la menthe hachée pour plus de saveur.

En espérant que vous y avez trouver de l’inspiration. N’hésitez pas à varier les ingrédients et les assaisonnements selon vos goûts et envies.

Bonne dégustation … en pleine conscience évidemment !

Share

Glutenfreie Ernährung: eine echte Herausforderung?

Posted on 3 min read

Rezepte und Ideen, wie man glutenfreie Gerichte geniesst.

Eine glutenfreie Ernährung schliesst glutenhaltige Lebensmittel aus. Gluten ist ein Protein, das in Weizen (einschliesslich Dinkel), Roggen, Gerste und Hafer enthalten ist.

Dies bedeutet, dass Gluten in einer Vielzahl von Lebensmitteln enthalten ist, darunter Mehl, Brot und Backwaren, Cerealien, Pasta, verarbeitete Lebensmittel, Take-away, Snacks, Bier, Gewürze, Saucen und Brühwürfel.

Welche Probleme kann Gluten verursachen?

Bei manchen Menschen kann Gluten nach dem Verzehr eine Vielzahl unangenehmer Symptome hervorrufen wie Bauchschmerzen, Durchfall, Blähungen, Müdigkeit, Konzentrationsschwäche und allgemeine Beschwerden und Schmerzen.

Obwohl eine Glutenunverträglichkeit recht häufig vorkommt, ist es wichtig, die Ursache für die Symptome zu finden, um sicherzustellen, dass keine ernsthaften medizinischen Probleme wie Zöliakie vorliegen.

Kann man ohne medizinischen Grund auf eine glutenfreie Ernährung umsteigen?

Ja, aber Vorsicht vor Mangelerscheinungen!

Viele Leute denken, dass eine glutenfreie Ernährung eine gesunde Alternative ist, aber das ist nicht direkt der Fall. Glutenfreie Lebensmittel haben häufig einen höheren Fett- oder Zuckergehalt, um diese schmackhafter zu machen und ihnen eine bessere Konsistenz zu verleihen.

Gluten selbst bietet keine besonderen ernährungsphysiologischen Vorteile, jedoch die vielen Vollkornprodukte, die Gluten enthalten. Sie sind reich an Vitaminen und Mineralstoffen wie Vitamin B, Folsäure, Eisen sowie Ballaststoffen. Möglicherweise gehen dir diese ernährungsphysiologischen Vorteile verloren, wenn du dich glutenfrei ernährst und keine professionelle Hilfe in Anspruch genommen oder dich ausgiebig erkundigt hast, um sicherzustellen, dass deine Ernährung ausgewogen ist.

Welche Lebensmittel sollten bei einer glutenfreien Ernährung vermieden werden?

Die Hauptquellen für Gluten in der Ernährung sind wie folgt:

  • Lebensmittel auf Weizenbasis wie Weizenkleie, Weizenmehl, Dinkel, Hartweizen, Kamut und Griess
  • Gerste
  • Malz
  • Brauhefe

Unten stehend sind einige Lebensmittel aufgeführt, denen glutenhaltige Zutaten hinzugefügt werden können:

  • Brot: jedes Brot aus Weizen
  • Pasta: alle Teigwaren-Produkte auf Weizenbasis
  • Cerealien: Es sei denn, sie sind als glutenfrei gekennzeichnet
  • Bäckereiprodukte: Kuchen, Kekse, Muffins, Pizza, Brösel und Gebäck
  • Snacks: Süssigkeiten, Müsliriegel, abgepackte Fertiggerichte, geröstete Nüsse, aromatisierte Chips, Popcorn und Brezel
  • Saucen: Sojasauce, Teriyaki-Sauce, Hoisinsauce, Marinaden und Dressings
  • Getränke: Bier, aromatisierte alkoholische Getränke
  • Couscous, Brühe (sofern nicht als glutenfrei gekennzeichnet)

Der einfachste Weg, Gluten zu vermeiden, besteht darin, unverarbeitete Lebensmittel mit nur einer Zutat zu essen. Andernfalls musst du die Etiketten der meisten Lebensmittel vor dem Kauf lesen.

Hafer ist von Natur aus glutenfrei. Er ist jedoch häufig mit Gluten kontaminiert, da er in derselben Fabrik wie Lebensmittel auf Weizenbasis verarbeitet werden kann.

Glutenfreies Frühstück, die schwierigste Mahlzeit des Tages

Dies ist wahrscheinlich die schwierigste Mahlzeit des Tages, falls du dich für eine glutenfreie Ernährung entscheidest. Hier sind einige Ideen, wie du diese wichtige Mahlzeit jeden Morgen mit Freude geniessen kannst.

Vitalität: gepresster Orangensaft, Tee, Buchweizenpfannkuchen mit Honig und Sojajoghurt.

Cerealien: vier Esslöffel Reisflocken mit 200ml (pflanzlicher) Milch mit frischen Früchten, dazu Tee.

Sportlich: eine Schüssel mit braunem Reis erwärmt in (pflanzlicher) Milch, eine Banane, eine Kiwi, Tee.

Englisch: rohe Tomatenscheiben, roher Schinken, gedämpfte Kartoffeln, gekochte Eier und glutenfreies Brot, Schwarztee und gepresster Orangensaft.

Provinzial: Früchte, zwei Scheiben Buchweizenbrot mit etwas Olivenöl, hausgemachter Ratatouille-Aufstrich, Wasser.

Indisch: ein Teller Reis mit Kichererbsen oder Linsen, eine Portion gedämpftes Gemüse mit Olivenöl, ein Idli (gedämpftes Brot), grüner Tee.

Share

Gluten-free diet: a real challenge at every meal?

Posted on 3 min read

Recipes and ideas on how to enjoy a gluten-free.

A gluten-free diet is a diet that excludes foods containing gluten. Gluten is a protein found in wheat (including spelt), rye, barley and oats.

This means that gluten is present in a wide variety of foods including flour, bread and baked goods, cereals, pasta, processed foods, takeaways, snacks, beer, seasonings, sauces and stock cubes.

What problems can gluten cause?

For some people, gluten can cause a variety of unpleasant symptoms after consumption, such as abdominal pain, diarrhea, bloating, fatigue, lack of concentration and general aches and pains.

Although gluten intolerance is considered quite common, it is important to find the cause of any symptoms to ensure that there are no serious medical problems such as coeliac disease.

Can you switch to a gluten-free diet without a medical reason?

Yes, but be careful of any deficiencies!

Many people think that a gluten-free diet is a healthy alternative, but this is not the case. Gluten-free food products often have a higher fat or sugar content to make the food tastier and give it a better consistency.

Gluten itself does not offer any particular nutritional benefits, however, the many whole grains that contain it do. They are rich in vitamins and minerals such as vitamin B, folate, iron, as well as fibre. You may be missing out on these nutritional benefits if you are following a gluten-free diet and have not sought professional help to ensure that your diet is well balanced.

What foods should I avoid on a gluten-free diet?

The main sources of gluten in the diet are as follows below:

  • Wheat-based foods such as wheat bran, wheat flour, spelt, durum wheat, kamut and semolina
  • Barley
  • Malt
  • Brewer’s yeast

Below are some foods to which gluten-containing ingredients can be added:

  • Bread. Any bread made from wheat.
  • Pasta. All wheat-based pasta.
  • Cereals. Unless they are labelled gluten-free.
  • Bakery products. Cakes, biscuits, muffins, pizzas, breadcrumbs and pastries.
  • Snacks. Sweets, muesli bars, pre-packed ready meals, roasted nuts, flavoured crisps, popcorn and pretzels.
  • Sauces. Soy sauce, teriyaki sauce, hoisin sauce, marinades and dressings.
  • Drinks. Beer, flavoured alcoholic drinks.
  • Couscous, broth (unless labelled gluten-free).

The easiest way to avoid gluten is to eat single-ingredient, unprocessed foods. Otherwise, you need to read the labels on most foods you buy.

Oats are naturally gluten-free. However, it is often contaminated with gluten, as it can be processed in the same factory as wheat-based foods.

Gluten-free breakfast, the most difficult meal of the day?

This is probably the most challenging meal of the day when you decide to switch to a gluten-free diet.

Here are some ideas on how to keep it fun and full every morning.

Vitality: squeezed orange juice, tea, buckwheat pancakes with honey and soy yoghurt

Cereals: four tablespoons of rice flakes with 200 ml of plant-based/cow milk with two to three fresh fruits, tea.

Sporty: a bowl of brown rice warmed in vegetable/cow milk, a banana, a kiwi, tea.

English: raw tomato slices, raw ham, steamed potatoes, boiled eggs and flower bread (gluten-free), black tea and squeezed orange juice.

Provençal: fruit, two slices of buckwheat bread with a little olive oil, homemade ratatouille spread, water.

Indian: a plate of rice with vegetables (chickpeas or lentils), a portion of steamed vegetables with olive oil, an Idli (steamed bread), green tea.

Share

Se nourrir sans gluten, un vrai challenge à chaque repas ?

Posted on 4 min read

Idées et recettes pour se régaler dès le matin.

Un régime sans gluten est un régime qui exclut les aliments contenant du gluten. Le gluten est une protéine présente dans le blé (y compris l’épeautre), le seigle, l’orge et l’avoine.

Cela signifie que le gluten est présent dans une grande variété d’aliments, notamment la farine, le pain et les produits de boulangerie, les céréales, les pâtes, les aliments transformés, les aliments à l’emporter, les en-cas, la bière, les assaisonnements, les sauces et les bouillons en cube.

Quels problèmes le gluten peut-il causer ?

Chez certaines personnes, le gluten peut provoquer divers symptômes désagréables après avoir été consommé, tels que des douleurs abdominales, de la diarrhée, des ballonnements, de la fatigue, un manque de concentration et des douleurs générales.

Bien que l’intolérance alimentaire au gluten soit considérée comme assez courante, il est important de trouver la cause de ces symptômes pour s’assurer qu’il n’y a pas de problèmes médicaux graves comme la maladie cœliaque.

Passer à un régime sans gluten sans raison médicale ?

Oui mais attention aux carences !

Beaucoup de gens pensent qu’un régime sans gluten est une alternative saine, mais ce n’est pas le cas. Les produits alimentaires sans gluten ont souvent une teneur plus élevée en matières grasses ou en sucre pour rendre les aliments plus savoureux et leur donner une meilleure consistance.

Le gluten en lui-même n’offre pas d’avantages nutritionnels particuliers, mais les nombreuses céréales complètes qui en contiennent le font. Elles sont riches en vitamines et minéraux tels que les vitamines B, le folate et le fer, ainsi qu’en fibres. Vous risquez de passer à côté de ces avantages nutritionnels si vous suivez un régime sans gluten et n’avez pas demandé l’aide d’un professionnel pour vous assurer que votre alimentation est
équilibrée.

Quels aliments dois-je proscrire dans le cadre d’un régime sans gluten ?

Voici en détail les principales sources de gluten dans l’alimentation :

  • Les aliments à base de blé comme le son de blé, la farine de blé, l’épeautre, le blé dur, le kamut et la semoule
  • Orge
  • Malt
  • Levure de bière

Vous trouverez ci-dessous quelques aliments auxquels on peut ajouter des ingrédients contenant du gluten :

  • Le pain. Tout pain à base de blé.
  • Pâtes alimentaires. Toutes les pâtes à base de blé.
  • Céréales. Sauf si elles sont étiquetées sans gluten.
  • Produits de boulangerie. Gâteaux, biscuits, muffins, pizzas, chapelure et pâtisseries.
  • Snacks. Bonbons, barres muesli, plats cuisinés préemballés, noix grillées, chips et pop-corn aromatisés, bretzels.
  • Sauces. Sauce soja, sauce teriyaki, sauce hoisin, marinades, vinaigrettes.
  • Boissons. Bière, boissons alcoolisées aromatisées.
  • Couscous, bouillon (sauf s’il est étiqueté sans gluten).

La façon la plus simple d’éviter le gluten est de manger des aliments non transformés à ingrédient unique. Sinon, vous devez lire les étiquettes de la plupart des aliments que vous achetez.

L’avoine est naturellement sans gluten. Cependant, elle est souvent contaminée par du gluten, car elle peut être transformée dans la même usine que les aliments à base de blé.

Le petit-déjeuner sans gluten, le repas le plus difficile de la journée ?

Ce repas reste sans doute le plus challengeant de la journée lorsque l’on décide de passer à une alimentation sans gluten.

Voici ci-après quelques idées pour garder plaisir et satiété chaque matin.

Vitalité : un jus d’orange pressé, du thé, des galettes de sarrasin au miel et un yogourt soja

Céréales : quatre cuillères à soupe de flocons de riz avec deux dl de lait végétal/vache accompagnés de deux à trois fruits frais, thé

Sportif : un bol de riz complet réchauffé dans du lait végétal/vache, une banane, un kiwi, du thé.

Anglais : des rondelles de tomate crues, du jambon cru, des pommes de terre vapeur, des œufs à la coque et du pain des fleurs (sans gluten), un thé noir et un jus d’orange pressé.

Provençal : un fruit, deux tranches de pain de sarrasin avec un peu d’huile d’olive, ratatouille maison à tartiner, eau.

Indien : une assiette de riz accompagnée de légumineuses (pois chiches ou lentilles), une portion de légumes vapeur avec huile d’olive, un Idli (pain cuit vapeur), thé vert.

Disponible dès aujourd’hui sur www.lauriedicosola.com : « Vos recettes de petit déjeuner sans gluten » – ebook gratuit.

Share

La pleine conscience de l’alimentation ou comment se reconnecter à soi et à ce que l’on mange

Posted on 4 min read

Sous ce terme alambiqué se cache une pratique qui va certainement révolutionner votre manière de vous alimenter et ce durablement, expérience faite !

Mais au fait, c’est quoi la pleine conscience ?

La « mindfulness », traduit par « méditation en pleine conscience ou en pleine présence », est une forme de méditation qui a été laïcisée par le docteur américain Jon Kabat-Zinn (JKZ) dans les années 1970.

Le terme de mindfulness dérive du mot sati de la langue indo-européenne Pali et signifie « se souvenir ». Plus communément, ce terme ancestral fait référence à un état de vigilance et de conscience du moment présent. La mindfulness a pris racine dans la philosophie Bouddhiste et remonte aux enseignements du Dharma du Bouddha au nord de l’Inde dans le 5ème siècle av. J.-C. Son enseignement inclut un ensemble de principes et de pratiques visant à soutenir l’être humain dans sa quête du bonheur et de la libération spirituelle [1].

La définition de JKZ se veut simple et abordable par le plus grand nombre sans toutefois exclure toute forme de réflexion ou de débat. Voici sa définition complète :

« C’est la qualité de conscience qui émerge lorsqu’on tourne intentionnellement son esprit vers le moment présent. C’est l’attention portée à l’expérience vécue et éprouvée, sans filtre, sans jugement, sans attente ».

Cette nouvelle forme de méditation est aujourd’hui validée scientifiquement et est devenue un nouvel outil thérapeutique, utilisé dans des hôpitaux, par des médecins et des psychologues, pour aider les patients à faire face au stress, aux émotions négatives et autres difficultés du quotidien, telle que l’alimentation.

Et l’alimentation consciente alors ?

Le rapport à l’alimentation pose de plus en plus problème dans une société occidentale prônant la minceur mais dans laquelle il n’y a jamais eu autant de tentations. Ce contexte social de surconsommation résulte en une prévalence de personnes en situation de surpoids et d’obésité.

En plus des facteurs sociologiques mentionnés ci-dessus, ce phénomène peut également s’expliquer par des facteurs psychologiques. Souvent, une mauvaise gestion des émotions, du stress et un rapport difficile, parfois même inexistant, au corps sont sources de souffrance.

Nombreuses sont les personnes qui recourent à des régimes pour tenter de sortir de ce cercle vicieux. Or, contrairement aux discours médiatisés, il a été démontré que le contrôle du comportement alimentaire augmente les obsessions alimentaires et favoriserait même la reprise de poids à long terme. Une étude australienne parle d’un taux de 71% de reprise du poids perdu dans les trois années qui suivent un régime [2].

C’est face à ce constat que s’est développée une nouvelle vague diététique appelée « Mindful Eating », inspirée de la fameuse mindfulness de JKZ.

Le but de l’approche étant d’inciter les personnes concernées à méditer quotidiennement afin d’entraîner un état de pleine conscience et de favoriser un retour progressif aux sensations corporelles. A terme, cette reconnexion avec le corps permettrait de s’alimenter en accord avec les besoins physiologiques et non plus en réactions à des troubles émotionnels ou cognitifs.

L’expression “Mindful Eating” désigne une personne qui, sans porter de jugement, garde une conscience des sensations physiques et émotionnelles lorsqu’elle mange ou dans un environnement lié à l’alimentation.

Et en résumé ?

L’alimentation consciente c’est

  • Se permettre de prendre conscience des possibilités positives et nourrissantes offertes par le choix et la préparation des aliments en respectant sa sagesse intérieure.
  • Utiliser tous vos sens pour manger des aliments qui vous satisfont et qui nourrissent votre corps.
  • Reconnaître vos réactions aux aliments (qu’ils soient bons, mauvais ou neutres) sans porter de jugement.
  • Prendre conscience des signaux physiques de faim et de satiété pour guider vos décisions de commencer et de finir de manger.
  • Ce type de prise de conscience est fondamental pour l’autorégulation, qui contrôle l’envie de consommer des aliments très riches.

Celui qui mange consciemment

  • Reconnaît qu’il n’y a pas de bonne ou de mauvaise façon de manger, mais des degrés variables de conscience autour de l’expérience alimentaire.
  • Accepte que leurs expériences alimentaires soient uniques.
  • C’est un individu qui, par choix, dirige son attention sur l’alimentation au moment précis où il en a besoin.
  • Prend conscience de la manière de faire des choix qui favorisent la santé et le bien-être.
  • Prend conscience de l’impact de ses choix alimentaires sur ces systèmes

Qu’est-ce ne qu’est pas l’alimentation consciente :

  • un nouveau régime
  • une nouvelle façon de perdre ou de contrôler son poids
  • une nouvelle façon de classifier les aliments
  • une nouvelle tendance nutritionnelle ou un plan nutritionnel particulier qui vous suggère ce que vous mangez, quand et en quelle quantité

Envie d’en savoir plus ?

? Chaque troisième vendredi du mois, nous organisons un repas en pleine conscience par zoom libre et accessible à tous sur inscription à inscription pour le lunch du vendredi 15 Janvier, 12h15.

Prenez votre lunch, connectez-vous et plongez-vous dans l’expérience !

? Découvrez notre Programme Équilibre de 3 mois où vous intégrerez tous les fondamentaux de l’alimentation consciente – la prochaine session démarre le 1er Février 2021.

[1] Williams, J. M., et Kabat-Zinn, J. (2013). Mindfulness: Diverse perspectives on its meaning, origins and applications. New York: Routledge.

 [2] Correia, J. C., Locatelli, L., et Golay, A. (2015). Comment perdre du poids de manière efficace et durable : une revue de l’actualité. Revue Médicale Suisse, 11, 689-694.

Share

Les 6 conseils clefs pour des repas de fêtes écoresponsables

Posted on 5 min read

L’impact de notre alimentation sur l’environnement est certainement celui sur lequel nous pouvons le plus agir. Comme je l’expliquait dernièrement dans mon article Les véritables impacts de notre alimentation sur l’environnement, les facteurs de pollution sont multiples que ce soit en termes d’émissions de gaz à effet de serre, de pollution des eaux, d’occupation des sols, de régime alimentaire ….

La Soil Association estime qu’un repas de Noël typique peut accumuler 78’000 kilomètres d’ingrédients importés, ce qui équivaut à deux voyages autour de la Terre. Le repas produit également des montagnes de déchets et perpétue des méthodes d’agriculture industrielle qui sont nuisibles à la fois pour les animaux et pour la planète

Mais un repas de fête plus vert est possible si vous êtes attentifs à ce que vous achetez, à la façon dont vous le préparez et à ce que vous faites de tous ces restes.

La situation sanitaire prend une place prépondérante dans l’actualité mais aussi, qu’on le veuille ou non, dans notre esprit.
Et si, plutôt que de subir cette situation, nous la mettions à profit pour repenser nos habitudes de vie, être plus présent à nos actes et à leurs conséquences ?

C’est ce que je vous invite à faire en repensant les fêtes de fin d’année de manière plus créative et plus responsable. Et parce qu’il est parfois difficile de sensibiliser son entourage, le changement doit commencer par nous-mêmes, par notre attitude, par notre comportement et la façon dont nous interagissons avec ce qui nous entoure.

Voici quelques sources d’inspiration.

Achetez local

Le premier conseil, et peut-être le plus important, est d’acheter les ingrédients localement et non au supermarché.

Les magasins locaux sont plus susceptibles de fournir des aliments qui n’ont pas été transportés par avion dans le monde entier. Vous pouvez réduire davantage les kilomètres parcourus par les aliments si vous achetez votre nourriture dans un marché de producteurs ou directement auprès des producteurs eux-mêmes.

Selon l’endroit où vous habitez, des solutions existent sans devoir vous compliquer la vie. Il peut s’agir d’abonnement à des paniers de légumes, de jardin urbain partagés, d’association de groupements d’achats. Renseignez-vous auprès de vos voisins, de votre commune ou bien de votre maison de quartier.

Le site Farmy.ch est encore l’un des meilleurs choix en proposant un large
assortiment de ces produits locaux à une seul endroit livré à votre porte.

Un autre avantage d’acheter local pour les fruits et légumes : ils auront plus de chance d’avoir mûri au soleil et seront donc plus savoureux que les fruits et légumes qui arrivent à maturité pendant le transport. Vous pourrez profiter ainsi du goût, des vitamines et de tous leurs bienfaits.

Achetez en fonction des saisons

L’achat de produits de saison permet également de réduire les kilomètres parcourus par les aliments. Ils sont plus faciles à trouver sur les étals car ils correspondent à ce qui est actuellement produit tout près de chez vous.

Atout non négligeable : ils correspondent tout à fait à nos besoins physiologiques à chaque moment de l’année.
Actuellement, avec le froid et le manque de soleil, notre corps réclame plus de nutriments et de vitamines C. Tant mieux, c’est la saison des légumes riches en minéraux (poireaux, choux, épinards) et des agrumes pleins de vitamine C (mandarines, pamplemousses, clémentines).

Privilégiez le bio

Si votre nourriture a été produite biologiquement, sa culture ne comprendra aucun des pesticides potentiellement dangereux habituellement associés à l’agriculture.
Pour obtenir l’approbation du label Bio Suisse, les agriculteurs renoncent entièrement à l’utilisation d’engrais ou de pesticides chimiques de synthèse.

Bannir la consommation de viande ?

L’une des façons la plus efficace de se mettre au vert est de diminuer la
consommation de viande
. Cette industrie est responsable d’une plus grande part des émissions de gaz à effet de serre dans le monde que les voitures, selon un rapport des Nations Unies.
La production de viande contribue à des niveaux élevés de méthane et d’oxyde nitreux, qui sont tous deux des gaz à effet de serre plus puissants que le dioxyde de carbone. Une grande partie de l’alimentation animale utilise également du soja et du maïs cultivés sur des terres qui ont été défrichées par la destruction des forêts tropicales.

Si toutefois vous décidez de rester dans les traditions et de cuisiner la fameuse dinde de Noel, choisissez-la bio et locale. Cependant, vous devrez certainement la payer plus chère afin de justement rémunérer les producteurs et vous devrez peut-être aussi la commander, car la demande est très forte à cette époque de l’année.

Magnifiez votre table

Adieu pailles en plastique, gobelets, couverts et assiettes jetables. Hors de chez moi serviettes et nappe en papier plastifié dorée trop belle mais impossible à recycler ! Adieu petits sapins et petites étoiles en plastique brillant qui finiront à l’incinérateur !

L’idée est d’éviter les déchets, je crois que le message est clair.

Trouvez-vous qu’il est plus agréable de boire son champagne dans une flûte en plastique ou en verre ?

Hors de question de jeter de la nourriture !

Et pendant les fêtes, on en fait toujours trop ! Entre l’apéro, l’entrée, le plat (ou les plats !!), le fromage, les desserts, les boissons.
Soyons honnêtes : il y a toujours des restes. C’est bien logique car on ne veut pas que nos invités sortent de table en ayant faim. Mais faut-il qu’ils sortent en ayant mal au ventre ?

Voici quelques règles à suivre :

  • Ajustez la quantité au nombre de convives et à leur appétit
  • Préférez des aliments de qualité plutôt qu’une trop grosse quantité
  • Privilégiez moins de variété mais allez sur vos mets préférés (ou ceux de vos invités) et tant pis si ce n’est pas original !
  • Prévoyez de la place au congélateur pour les restes
  • Demandez à vos invités de venir avec des bocaux ou autre si vous êtes un incorrigible des repas très copieux.

Bien sûr pensez à informer vos convives à l’avance de votre démarche afin qu’ils ne soient pas trop surpris et ne ruinent pas vos efforts en apportant de futurs déchets chez vous.
Et si jamais cela arrive, le mot d’ordre est bienveillance, on ne leur fait pas la leçon, hein ? L’essentiel est de passer un bon moment ensemble.
Et vous, quelles sont vos astuces pour recevoir en mode « écoresponsable » ?

Share