All Posts By Farmy

La crème glacée iconique

Posted on 3 min read

Commençons par un fait aléatoire que tu pourrais utiliser pour briser la glace lors d’un silence gênant. La Nouvelle-Zélande est le premier pays au monde pour la consommation de crème glacée (suivie par les États-Unis et l’Australie). Il est difficile d’identifier les premiers desserts glacés dans ce pays, mais de nombreux spécialistes pensent que les premiers colons venus du Royaume-Uni auraient emporté les recettes et les barattes avec eux.

La glace dans le monde

Où ont-ils trouvé tous les autres ingrédients ? Eh bien, le lait et la crème frais étaient prêts depuis l’introduction du bétail laitier au début du 19e siècle. Le sucre était importé d’Australie et la glace (tu ne le croiras probablement pas) provenait des lacs gelés de Nouvelle-Angleterre. Du lac Wenham dans le Massachusetts, par exemple. Les gens découpaient les gros blocs de glace, les chargeaient dans des trains et les envoyaient dans les ports, où ils étaient recouverts de sciure de bois et expédiés en Angleterre, en Inde, en Australie et en Nouvelle-Zélande finalement.

Il est difficile d’imaginer la quantité d’efforts que les gens devaient fournir pour obtenir la glace. Mais cela en valait sûrement la peine. Les premiers hommes d’affaires et fabricants de crème glacée de Nouvelle-Zélande ont créé une solide tradition de consommation de desserts glacés depuis lors. Et aujourd’hui, nous avons décidé de nous pencher sur certaines des recettes de crème glacée les plus emblématiques que les Néo-Zélandais préfèrent.

Les crèmes glacées classiques

L’une des recettes les plus traditionnelles comprend la boule classique à la vanille avec du sirop de framboise sur le dessus – un classique à emporter depuis le début du 20e siècle. Bien sûr, il existe de nombreux autres liquides sucrés avec lesquels on peut mélanger les glaces. N’oublions pas les emblématiques kiwis. Ils peuvent être incorporés au dessert de nombreuses façons, mais nous les aimons sous forme de sauce.

Crème glacée kiwi vanille

Pour la réaliser, tu auras besoin de deux kiwis épluchés. Place-les dans un mixeur et mixe-les jusqu’à ce qu’ils soient réduits en purée (tu pourras aussi simplement râper les fruits). Mets 2 c.à.s de sucre et 2 c.à.s d’eau dans une petite casserole et mets-la sur feu moyen-élevé. Laisse reposer jusqu’à ce que le sucre soit dissous. Ajoute 1 c.à.s de jus de citron et 1 c.à.c de rhum, de cognac ou de ta liqueur préférée. Mélange le tout avec le kiwi, remue bien, et sers sur la glace de ton choix.

Hokey Pokey

Le dernier mais non le moindre est un parfum très populaire appelé Hokey Pokey. Les gens sur Internet disent que c’est quelque chose que tu dois essayer. Nous ne l’avons pas encore essayé, mais nous faisons confiance aux internautes, c’est pourquoi nous te proposons une recette facile qui t’aidera à réaliser ce petit souhait. En gros, le Hokey Pokey est une glace à la vanille avec du nid d’abeille. Pas le vrai, celui qui est construit par les abeilles, mais le bonbon qui est appelé ainsi à cause de sa structure interne qui rappelle les cellules de cire que les abeilles construisent.

Pour le préparer, tapisse ton moule carré de papier sulfurisé, mesure 2 ½ c.à.s de bicarbonate de soude et mets-les de côté. Tu en auras bientôt besoin à portée de main. Mélange 200 g de sucre cristallisé, 80 mL de sirop de maïs léger et 80 mL d’eau dans une casserole à feu moyen. Remue jusqu’à ce que le sucre soit dissous et que le mélange arrive à ébullition.

Une fois que la couleur est plus riche, comme dorée foncée, ajoute le bicarbonate de soude et commence à fouetter très rapidement. Verse ensuite le mélange sur le papier sulfurisé, laisse-le reposer pendant 20 minutes, et c’est prêt à être émietté. Casse les bonbons en morceaux et saupoudre la crème glacée ou mélange-les directement à l’intérieur, au cas où tu ferais ton propre dessert glacé.

Share

By

The power of the lemon

Posted on 3 min read

Lemon. This bright yellow ellipsoidal fruit is among the most popular in the world and definitely one of the sourest. Its juice has, due to the citric acid, a pH as low as 2.2. And that’s the reason why lemons are so popular among people. Why? Because we simply love sour things.

Really sour

Of course, no one in their right mind would sip a cup of lemon juice (please, do not try this as it might lead to painful consequences in the stomach). But a little bit of tart acidic juice is so refreshing. It cuts through rich and fatty foods and helps bring the freshness and the joy of eating back.

Acidity works wonders in balancing an overly sweet or hot dish. People learned to love sour ingredients and they understood the power of lemon (and other citruses in that matter). That’s why we use it and use it extensively.

All parts of the fruit are useful

The leaves of the tree are used to make tinctures and herbal teas,. They are also added to marinades to transmit the citrusy flavour to a wide variety of meats and seafood.

The rind of a lemon is also a boon for every cook. When peeled, it can be easily dried to use for future recipes, candied and eaten with tea, infused with liquor to boost you during lows. You can zest a lemon to add some flavour to your pasta or pudding or grind some dried peels and infuse salt or sugar with it. Or you can do everything the other way around.

Preserving

Take a look at two almost identical recipes that could help you get well with the citrusy flavour (and to reduce food waste as a bonus). We’ll be preserving lemon peels with salt and sugar. The first method is similar to preserving lemons with salt (classic Moroccan recipe) except that there are no lemons needed. Only peels.

All citrus peels will work well! Collect them all and set aside. Take a jar and fill it with salt about 1 cm deep. Then press the peels into it, covering with more salt. Bury everything under the salt. You can do it at once or keep on collecting and digging the peels.

Time will pass and everything will be tamped down by its own weight. It will make extra space for more peels. When the jar is full, leave it for 3-4 weeks on a counter. By that time the peels will be salted and ready to kick in your dishes with saltines and acidity. Rinse it, thinly slice and use in soups, stews and dressings. 

Get to the flavour

The lemon peel is packed with flavour, you just need to know how to get to it. The second recipe shows how to unleash the citrus power. It’s called oleo-saccharum (which means “oil sugar” in Latin). This is a classic ingredient met in bartenders’ guides from the 18th century. It was called ‘ambrosial essence’, which is kind of true.

It’s flavourful, it’s sweet, what else is needed? Oleo-saccharum has always been used in punch-making. It’s basically sugar mixed with the oil released from the lemon peel. It makes it a rather basic ingredient which is also made in no time.

Peel some lemons (or any other citrus), cover the peels with sugar (use 45 g of sugar per 1 lemon) and leave overnight macerating. The result is rich syrup bursting with a citrusy flavour. Strain the peels, leave the liquid and store it in a fridge. Use wisely whenever you need to sweeten something up. 

Share

By

L’élevage des vaches laitières en Suisse

Posted on 4 min read

En Suisse, les producteurs de lait peuvent affirmer en toute bonne conscience que leurs vaches se sentent bien. La plupart d’entre eux veillent à offrir de bonnes conditions à leurs animaux et à leur assurer une vie heureuse. En effet, bien que la législation suisse sur la protection des animaux ne prévoie qu’un minimum de règles d’élevage, les agriculteurs suisses suivent des directives supplémentaires strictes en matière d’élevage. Ainsi, de nombreuses vaches bénéficient du programme d’élevage strict appelé SST et SRPA. Mais il ne faut pas sous-estimer les règles minimales d’élevage. La législation suisse sur le bien-être des animaux, par exemple, est considérée comme la plus stricte au monde. Pour en savoir plus sur l’élevage des vaches laitières, lis cet article.

La loi suisse sur la protection des animaux

En 2008, la loi sur la protection des animaux, qui existe depuis 1981, a été entièrement révisée. Elle est considérée comme l’une des lois de protection des animaux les plus modernes et les plus exemplaires au monde et a donc une fonction de modèle international.

La législation attache une grande importance au bien-être et à la dignité des animaux, et règle les devoirs, les règlements et la responsabilité à leur égard. Par ailleurs, la loi suisse sur la protection des animaux stipule comment les animaux doivent être entretenus, nourris, élevés et transportés.

Le principe en trois étapes

  • Le respect de la législation suisse sur la protection des animaux est obligatoire pour tous les éleveurs.
  • Sur cette base, il existe des programmes de politique agricole volontaires dont les exigences sont nettement plus élevées que celles de la législation sur la protection des animaux (programmes SST et SRPA).
  • Les programmes et les labels de marque imposent des exigences spécifiques et supplémentaires en matière de bien-être animal.

SST et SRPA

En Suisse, plus de la moitié des vaches sont élevées selon le programme SST. Le “système de stabulation particulièrement respectueux des animaux” comprend des mesures qui ont une influence déterminante sur la vie des vaches. Par exemple, les aires de repos en litière, l’accès à la lumière du jour et une aire de repos accessible à tout moment font partie du programme de détention SST.

88 % des vaches suisses bénéficient du programme SRPA, qui signifie “sorties régulières en plein air”. Ce programme garantit que les animaux bénéficient de 26 jours de pâturage par mois d’été. En hiver, ils doivent bénéficier d’au moins 13 jours de pâturage, ou d’un accès à un enclos tout au long de l’année. Par rapport aux pays voisins de la Suisse, cela représente deux à huit fois plus d’accès extérieur pour les animaux.

Des vaches en bonne santé

C’est précisément parce que l’élevage des animaux est réglementé de manière si détaillée en Suisse que les vaches sont en meilleure santé qu’à l’étranger. En effet, nos agriculteurs connaissent la valeur de leurs animaux. Ils prennent soin de leurs bêtes en cas d’éventuelles maladies et préviennent cela grâce à un entretien conscient et respectueux. Par conséquent, l’apparence des animaux est extrêmement importante pour analyser leur état de santé.

Une inspection quotidienne

D’une part, un contrôle sanitaire quotidien est une obligation légale, d’autre part, c’est une évidence pour tous les producteurs de lait responsables. En particulier pendant la traite, un regard très attentif est porté sur les vaches ; c’est une partie précieuse du travail.

Le pis

Un pis sain est indispensable pour garantir la qualité du lait. En effet, l’inflammation du pis est l’une des maladies les plus courantes dans le domaine de la production de lait et elle est la deuxième cause de mortalité des vaches laitières.

Directement après la traite, il est important d’observer les pis car cela donne une bonne indication sur leur santé. Une peau rose, lisse et sèche indique une bonne hygiène, un positionnement soigneux du faisceau trayeur et une bonne technique de traite.

Une responsabilité individuelle

La réglementation suisse en matière de protection des animaux est stricte et exemplaire. Ainsi, en plus de la loi, des programmes gouvernementaux tels que le SST et SRPA veillent au bien-être des vaches laitières. Les labels privés apportent également une contribution importante. Il est donc d’autant plus important d’y prêter attention lors de vos achats et de faire en sorte que les vaches laitières soient encore mieux traitées en faisant un achat conscient.

Chez Farmy, tu peux rechercher les labels suivants lorsque tu achètes ton lait de vache :

  • le bourgeon
  • KAG Freiland
  • Demeter
  • le label Bio

Share

By

Haricots avec un drôle de nom latin

Posted on 3 min read

Les haricots ont un nom scientifique assez génial qui se lit comme Phaseolus vulgaris. D’où la question rhétorique : quelqu’un dans l’histoire les a-t-il appelés vulgaires ?

Cette blague à l’eau de rose peut sembler géniale à quiconque ne connaît pas les bases du latin. Le mot latin vulgaris peut sembler indécent à nos oreilles. Mais il signifie en réalité “habituel”, “commun”, “banal”. C’est en fait la raison pour laquelle Phaseolus vulgaris est également connu sous le nom de haricot commun. Un haricot ordinaire pour la cuisine de tous les jours, pour ainsi dire.

Le haricot comme plante grimpante et coureuse

Ce haricot commun a une très longue histoire de culture. Des gens de tous les continents (sauf l’Antarctique, bien sûr) l’ont cultivé pendant très longtemps.

Et les haricots sauvages avaient cette particularité : ils grimpaient en hauteur pendant leur croissance. En toute logique, les spécialistes ont fini par les classer, grâce à cette particularité, dans la catégorie des haricots grimpants ou haricots à rames. Mais il existe aussi des haricots coureurs. Ils n’aiment pas grimper comme les autres, ils préfèrent courir.

Haricots – les diverses variétés de graines

Il existe tellement de variétés de haricots. Nous pourrions ouvrir un blog séparé consacré uniquement à ce genre : fava, kidney, cannellini, anasazi, fayot, lima, mung, navy, pinto, adzuki. Et la liste est encore longue.

La diversité est vraiment énorme, et les possibilités de cuisson sont infinies. Il est même difficile de choisir une seule variété de haricots pour commencer.

Mais pourquoi ne pas essayer les haricots blancs aujourd’hui ? Ils sont faciles à trouver et à manipuler. Et le plat qu’ils mettront en vedette sera la fasolada. C’est une soupe grecque à base de haricots secs, de légumes et d’huile.

Mais bien sûr, un plat aussi simple ne peut être attribué à une seule région. On trouve des soupes similaires dans le monde entier. La version arabe est appelée fasoulia, et elle est cuisinée en Syrie, au Yémen, en Égypte, en Irak et en Palestine.

Prépare-toi à cette délicieuse soupe

Mets 500 g de haricots blancs secs dans une casserole. Remplis-la avec suffisamment d’eau pour les couvrir et laisse-les tremper toute la nuit. Le lendemain, égoutte-les, lave-les soigneusement, égoutte-les à nouveau et mets-les de côté.

Il est maintenant temps de passer aux légumes. Coupe 2 branches de céleri et 2 carottes moyennes en morceaux de 1,5 cm. Hache grossièrement 1 oignon et émince 4 à 6 gousses d’ail.

Mets la casserole sur la cuisinière, tourne le feu à moyen-doux et ajoute de l’huile d’olive. Lorsque l’huile est chaude, ajoute les légumes. Faits-les sauter pendant 20 minutes. Lorsque l’excès de liquide s’est évaporé, ajoute 1 c.à.s de concentré de tomate. Puis faits sauter pendant 1 à 2 minutes en remuant constamment.

Maintenant, mets la main sur les haricots, et ajoute-les aux légumes. Pour le goût, ajoute 2-3 feuilles de laurier, une branche de romarin et un cube de bouillon. Couvre le tout avec suffisamment d’eau (environ 2 litres), et laisse mijoter le tout pendant 60-80 minutes. Vérifie régulièrement la soupe au cas où tu aurais besoin de plus d’eau.

Lorsque le temps est écoulé, assaisonne la fasolada avec du sel et du poivre. Retire du feu et sers avec de la feta, des olives kalamata et un morceau de pain grillé. Saupoudre la soupe de flocons de piment et d’un peu d’huile extra vierge. Rapide et délicieux.

Share

By

Die Kraft der Zitrone

Posted on 3 min read

Zitrone – diese leuchtend gelbe ellipsenförmige Frucht gehört zu den beliebtesten der Welt und definitiv zu den sauersten. Ihr Saft hat aufgrund der Zitronensäure einen pH-Wert von nur 2,2. Und das ist der Grund, warum Zitronen bei den Menschen so beliebt sind. Wieso? Weil wir Saures einfach lieben.

Wirklich sauer

Natürlich würde niemand bei klarem Verstand eine Tasse Zitronensaft schlürfen (bitte versuche es nicht, da dies zu schmerzhaften Folgen im Magen führen kann). Aber ein bisschen säuerlicher Saft ist einfach erfrischend. Er schneidet durch reiche und fettige Lebensmittel und hilft, mit Frische zu reizen und den Appetit anzukurbeln.

Säure wirkt Wunder, wenn es darum geht, einem übermässig süssen oder scharfen Gericht die Balance zu geben. Wir Menschen haben gelernt, saure Zutaten zu lieben und verstehen die Kraft der Zitrone (und anderer Zitrusfrüchte). Deshalb verwenden wir die Frucht und gebrauchen sie ausgiebig.

Alle Teile sind nützlich

Die Blätter des Zitronenbaums werden zur Herstellung von Tinkturen und Kräutertees verwendet. Sie werden auch für Marinaden gebraucht, um den Zitrusgeschmack auf eine Vielzahl von Fleisch- und Meeresfrüchten zu übertragen.

Auch die Zitronenschale ist für jeden Koch eine Wunderwaffe. Geschält kann sie leicht getrocknet und für zukünftige Rezepte verwendet zu werden. Kandiert und mit Tee genossen, mit Likör aufgegossen, um uns zu stärken. Du kannst die Zitronenschale auch abreiben, um deiner Pasta oder deinem Pudding etwas Geschmack zu verleihen. Oder mahle getrocknete Schalen und und mische Salz oder Zucker dazu. Oder mache alles andersrum.

Konservieren

Wir haben zwei fast identische Rezepte für dich, die dir helfen könnten, dich mit dem Zitrusgeschmack anzufreunden (und als Bonus Lebensmittelverschwendung zu reduzieren). Wir werden Zitronenschalen mit Salz und Zucker konservieren. Die erste Methode ähnelt der Konservierung von Zitronen mit Salz (klassisches marokkanisches Rezept), ausser, dass hier keine Zitronen benötigt werden. Nur die Schalen.

Alle Zitrusschalen eignen sich dazu! Sammle sie alle und lege sie beiseite. Nimm ein Glasgefäss und fülle es etwa 1 cm tief mit Salz. Dann die Schalen hineindrücken und mit mehr Salz bedecken. Begrabe alles unter dem Salz; du kannst alle Schalen auf einmal ins Glas füllen oder weiterhin die Schalen sammeln und nach und nach hinzugeben.

Mit der Zeit wird alles durch sein eigenes Gewicht nach unten gedrückt. So gibt es zusätzlichen Platz für mehr Schalen. Wenn das Glas voll ist, lass es 3-4 Wochen stehen. Dann sind die Schalen gesalzen und bereit, deine Gerichte mit Salz und Säure zu beleben. Abspülen, in dünne Scheiben schneiden und in Suppen, Eintöpfen und Dressings verwenden.

Himmlische Essenz

Die Zitronenschale steckt voller Geschmack, du musst nur wissen, wie du an ihn drankommst. Das zweite Rezept offenbart, wie du die Zitruskraft entfesselt. Es heisst Oleo-Saccharum (was in Latein “Ölzucker” bedeutet). Dies ist eine klassische Zutat, die in Barkeeper-Führern aus dem 18. Jahrhundert zu finden ist. Sie wurde “himmlische Essenz” genannt, was irgendwie den Punkt trifft.

Sie ist aromatisch, sie ist süss, was braucht es noch? Oleo-Saccharum wurde schon immer zur Punschherstellung verwendet. Im Grunde ist es Zucker, der mit dem aus der Zitronenschale freigesetzten Öl vermischt wird. Es ist eine eher einfache Zutat, die auch im Handumdrehen hergestellt ist.

Einige Zitronen (oder andere Zitrusfrüchte) schälen, die Schalen mit Zucker bedecken (45 g Zucker pro Zitrone verwenden) und über Nacht mazerieren lassen. Das Ergebnis ist ein reichhaltiger Sirup mit zitronenhaltigem Geschmack. Die Flüssigkeit abseihen und im Kühlschrank aufbewahren. Verwende diese Essenz mit Bedacht, um etwas zu versüssen.

Share

By

Ein leichtes Abendessen für einen ruhigen Schlaf

Posted on 2 min read

Abends ist es empfehlenswert, leicht zu essen. Denn es ist erwiesen, dass eine leichte und ausgewogene Mahlzeit 2 bis 3 Stunden vor dem Schlafengehen zu einem ruhigeren und damit besseren Schlaf führt. Wer würde das nicht wollen?

Dann stehst du vor deinem (fast leeren) Kühlschrank und sagst dir, dass eine Scheibe Schinken, Käse und ein Apfel gar nicht so schlecht sind… Leicht ist es, ja, aber weder ausgewogen noch gesund. Und die Freude am Essen bei all dem? Es ist durchaus möglich, sich etwas zu gönnen, gesund und leicht zu essen und trotzdem gesättigt zu sein.

Die wichtige Zutat

Es gibt eine Zutat, die wir oft vergessen, die nahrhaft und voll von guten Dingen für unseren Körper ist. Es ist der Fisch!

Es gibt viele verschiedene Arten von Fisch, alle mit unterschiedlichem Geschmack, Textur und Farbe. Es gibt nur eine Regel, an die du dich halten musst, und ich bin hierbei unerbittlich: Wähle einen Fisch mit dem Label für nachhaltige Fischerei.

Das Gericht

Ich empfehle dir ein Gericht mit Seebrasse und Estragon, das du mit gedämpften Kartoffeln oder einem Salat servieren kannst. Natürlich kannst du es auch mit anderen Fischen und Kräutern wie Thunfisch und Koriander zubereiten.

Nimm ein paar schöne Seebrassenfilets und entgräte sie vorsichtig. Gib sie zusammen mit den Saft von 2 Limetten, geschnittenen Frühlingszwiebeln, gewürfelten Tomaten und gewaschenen Estragonzweige in eine Schüssel. Würze die Seebrassenfilets mit Salz und Pfeffer und lege sie in die Schüssel. Decke sie mit einem Tuch aus Bienenwachs ab und stelle sie in den Kühlschrank.

Jetzt hast du 2 Möglichkeiten: Entweder du lässt die Mischung 5 Stunden lang ruhen und wendest die Seebrassenfilets von Zeit zu Zeit, damit die Säure der Zitrone sie “kocht”. Oder du bereitest die Kartoffeln oder den Salat vor, deckst den Tisch und andere Dinge, während die Zubereitung ruht, und brätst dann die Doradenfilets mit dem Gemüse in einer Pfanne mit etwas Olivenöl an. Du kannst die Mahlzeit mit einem Joghurt ohne Zuckerzusatz abrunden.

Nachdem du dieses Gericht genossen hast, trinkst du eine Tasse Eisenkrauttee vor einer Folge (nicht 8 hintereinander!) deiner Lieblingsserie und ich garantiere dir, dass du wie ein Baby schlafen wirst.

Share

By